Autour du romanMaxine WarnottPersonnages

Iris Louvret

Le Projet Vanility Marion Salvat roman jeunesse science fiction young adult fantastique pouvoirs capacités maxine warnott lee prydington iris louvret

Une alliée sur qui l’on peut compter

Parmi les rares personnes qui peuplaient l’univers de Maxine avant son arrivée en France, Iris était l’un des piliers, le phare qui éclairait cette immensité de “peut-être” et de “on verra” dans lesquels baignait la jeune adolescente.

Si Maxine a réussi à supporter douze années d’une vie décousue à l’autre bout du monde, prisonnière des “bagages” d’une mère trop occupée pour se souvenir de son existence, c’est indéniablement grâce à sa tante avec qui elle a entretenu une correspondance suivie et assidue.

Jeune femme sûre d’elle au caractère bien trempé, Iris est pour Maxine LE modèle de la femme libre et indépendante.

Zoom sur le roman : Iris et Maxine, un amour sans frontières

Extrait du chapitre 5 :

— Iris ? murmura-t-elle en sentant son pouls s’accélérer.
Une jeune femme aux cheveux presque ras teints en bleu électrique apparut aux côtés d’Émilie dans le couloir. Dès qu’elle la vit, Maxine se précipita vers elle pour se jeter à son cou.
— Iris ! répéta-t-elle, les larmes aux yeux.
Maxine sentit ses mains se poser dans son dos et le trémolo dans la voix de sa tante lui fit comprendre qu’elle était tout aussi émue qu’elle de la retrouver.
Iris s’échappa de son étreinte et observa un instant le visage de Maxine avec un sourire bienveillant.
— Tu es encore plus jolie que derrière ta webcam, dis donc…
Maxine retint un éclat de rire.
— Merci ! Il faut avouer que tu n’es pas mal non plus.
Le sourire d’Iris s’élargit un peu plus.
La tante de Maxine était sa seule famille en dehors d’Émilie et la grand-mère Éliane. Elle était la tante rêvée, la meilleure qui puisse exister sur la planète tout entière. Si Maxine en avait eu d’autres, elles se seraient forcément fait supplanter par Iris qui, pour sa nièce, incarnait la liberté, la joie de vivre et le bonheur à l’état brut. Évidemment, sa vie n’était pas tout à fait idéale. Iris avait souvent des problèmes d’argent et enchaînait les petits boulots, mais quelle importance ! Aux yeux de Maxine, sa tante était un symbole mille fois plus puissant que la statue au flambeau plantée sur Liberty Island.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *