Autour du romanLee PrydingtonLieux

La Tour Prydington

La Tour Prydington

Le Centurion, une histoire de famille

La Tour Prydington représente un lieu central dans l’Histoire de la création du Centurion et pour cause : c’est elle qui a vu naître le gène qui a bouleversé l’humanité.

Si les descendants de la famille Prydington conservent jalousement cet héritage centenaire, ils ne sont pas moins investis dans l’amélioration des soins dispensés à la population mondiale en s’efforçant de développer au-delà des frontières de l’Union la recherche autour des traitements visant à soigner indifféremment Porteurs et Naturels.

Farouchement attachés à cette notion d’égalité, les Prydington prennent ouvertement part au combat qui agite l’Union et tentent de redorer le blason de la population des Porteurs souvent mise de côté et ouvertement attaquée par les actions terroristes du Mouvement des Originels.

 

Zoom sur le roman : la naissance des Porteurs

Extrait du chapitre 5 :

“Si le Centurion suscitait un vif intérêt dans la famille Warnott, ce n’était rien face au cataclysme qu’il avait provoqué dans le reste du monde. Le Centurion pouvait guérir les cancers, Alzheimer et toutes les maladies entraînant une dégénérescence du corps, c’était transcendant. Dès les premières preuves de son efficacité, les injections avaient été massives, si bien qu’un grand nombre des patients considérés comme condamnés se voyaient ramenés à la vie. Abramo Prydington avait trouvé un moyen de vaincre bon nombre des pires pathologies touchant l’humanité, offrant ainsi à la population une qualité de vie incomparable, mais c’était sans compter sur la nature qui reprit ses droits de la manière la plus surprenante qui soit.
L’injection du Centurion était irrémédiable. Une fois porteurs du gène modifié les patients voyaient leur corps se transformer. Leurs iris devenaient dorés et leur système immunitaire beaucoup plus performant. Les miraculés du Centurion pouvaient se régénérer plus vite que n’importe quel être vivant, à tel point que l’humanité elle-même commença à observer cette différence avec méfiance. Après quelques mois de vie en symbiose avec le Centurion, les premiers Porteurs développèrent des mutations insoupçonnées. Pour certains, leurs sens s’aiguisèrent jusqu’à faire d’eux des êtres marginaux, incapables de vivre dans la société qui leur avait donné naissance, et pour d’autres, ce furent des facultés nouvelles qui s’emparèrent de leurs corps en leur offrant des dons télékinésiques et la possibilité de modifier leur environnement.
L’existence de ces êtres doués de capacités hors normes déclencha de vives polémiques sur la nature humaine et le respect de l’équilibre naturel qui se voyaient bafoués. De l’ignorance découla la haine et de la peur vint la souffrance. Les Porteurs furent bien malgré eux pointés du doigt, détestés pour leurs dons effrayants appelés Capacités et soumis à un contrôle accru. Privés de libertés par souci de sécurité pour le reste de la population, les Porteurs n’eurent pas d’autre choix que de se fondre dans la masse et d’accepter des lois visant à réduire toujours plus leurs droits et étouffer les dons générés par le Centurion.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *