Autour du romanElysha DumesnilLes "fils de"Maxine WarnottPour aller plus loin

Le Ministère de Gestion des Capacités

Le Projet Vanility Marion Salvat roman jeunesse science fiction young adult fantastique pouvoirs capacités maxine warnott lee prydington

Naturels et Porteurs, un conflit centenaire

Avec l’avènement du Centurion et des premières Capacités, le monde s’était trouvé chamboulé, modifié, et les personnes dotées de compétences exceptionnelles avaient rapidement fait la demande d’une représentation significative au sein des différents gouvernements de l’Union. La naissance des Ministères de Gestion des Capacités avait été une victoire pour les Porteurs : l’univers tout entier les reconnaissait comme des êtres à part entière et leur accordait le droit d’exister pleinement.

Hélas, le conflit entre Naturels et Porteurs s’était répandu comme une traînée de poudre au quatre coins du monde, ignorant jusqu’aux frontières pourtant bien établies entre certains pays, et avait rapidement gagné le cœur des hémicycles européens. Les Ministères créés pour représenter une part de la population se virent alors confier la mission de légiférer contre ceux qui leur avaient donné naissance et les lois de Restriction des Capacités furent appliquées dans toute l’Union, privant les Porteurs de l’usage libre de leurs dons.

C’est dans ce contexte sociétal difficile que les jeunes Porteurs se devaient d’apprendre à gérer leurs Capacités sans faire de vague, le Ministère de Gestion des Capacités gardant un œil sur ces “citoyens en herbe” et se tenant prêt à les sanctionner à la moindre incartade. Il était difficile de grandir dans cette Europe meurtrie par la violence et la haine que se vouaient les principaux acteurs du conflit opposant Naturels et Porteurs. Tous savaient qu’en atteignant leur majorité, ils obtiendraient une “Classe” qui déterminerait leur degré de dangerosité, et donc, la marge de liberté qui leur serait accordée.

Les jeunes Porteurs devaient donc apprendre à maîtriser leurs dons afin d’être prêts, le jour de leur dix-huitième anniversaire, à prouver au reste du monde qu’ils avaient eux aussi le droit d’exister…

Zoom sur le roman : le premier cours de Gestion des Capacités

Extrait du chapitre 13 :

— Ce cours de Gestion de Capacités est à prendre très au sérieux, car il déterminera jusqu’où vous pourrez aller et surtout, jusqu’où vous aurez le droit d’aller avec vos Capacités. En effet, je ne vous apprends rien en vous rappelant qu’à la fin de votre scolarité nous recevrons la visite d’un jury dépêché par le Ministère qui aura la lourde responsabilité de déterminer la Classe de votre Capacité.
Le professeur se tut un instant en observant les élèves qui le fixaient, muets comme des carpes.
— Est-ce que j’ai déjà perdu certains d’entre vous ?
Quelques élèves levèrent timidement la main, ce qui ne manqua pas de faire rire Gabriella et sa copie brune.
— Qui n’a jamais entendu parler du Recensement de fin de cycle ? N’ayez pas peur, c’est le moment de poser des questions.
Plusieurs élèves se manifestèrent, visiblement gênés de ne pas savoir une chose qui semblait évidente pour leurs camarades.
— Qui souhaiterait expliquer ce qu’est le Recensement ? proposa le professeur.
La main d’Elysha se dressa en l’air comme un ressort, faisant sursauter Maxine sur sa chaise.
— Oui, Mademoiselle… ?
— Dumesnil. Elysha Dumesnil. Le Recensement est une étape obligatoire dans la vie des Porteurs. Il sert à déterminer la dangerosité des Capacités ainsi que leur adaptabilité à la vie en communauté avec les Naturels.
Le professeur Sirvain approuva d’un signe de tête.
— C’est exact, et…
Mais Elysha poursuivit sur sa lancée, apparemment impossible à stopper :
— Il existe cinq classes allant de la plus inoffensive, la Classe 5, à la plus dangereuse, la Classe 1, qui interdit totalement l’utilisation des Capacités. Le Recensement de fin de cycle a pour but d’affilier les jeunes Porteurs à l’une d’elles. À l’issue de cet entretien, une carte de libre circulation est remise aux Porteurs qui doivent se plier aux Décrets de Restriction des Capacités dans les lieux publics et deviennent pénalement responsables.
Les élèves se mirent à commenter cette nouvelle à voix basse.
— Excellent, Elysha ! Je vois que certains d’entre vous sont tout à fait au point sur ce qui les attend l’année prochaine ! s’émerveilla le professeur Sirvain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *