Lee PrydingtonPersonnagesPour aller plus loin

Léto Prydington

Personnages Le Projet Vanility Marion Salvat roman jeunesse science fiction young adult fantastique pouvoirs capacités maxine warnott lee prydington Léto Prydington Prydington Corporation

L’homme de fer

Grand dirigeant de la Prydington Corporation, Léto mène son univers d’une poigne de fer sans se soucier des personnes qui lui font face. Léto ne recule devant rien, son unique objectif étant le succès de son entreprise, et ne voit aucune objection à sacrifier certaines personnes au nom de cette renommée mondiale, même s’il s’agit de membres de sa famille…

Les origines du personnage

Léto Prydington fait partie des premiers personnages de la trilogie à être apparu dans mon esprit lorsque l’univers du Vanility y est né, tout comme ceux de Maxine, Lee, Joachim et Elysha. Le Vanility est le fruit de l’un de mes rêves d’adolescente – j’avais 15 ans -, et dès le début, ces quatre-là me sont apparus comme des personnages forts auxquels j’allais m’attacher irrémédiablement… Et c’est exactement ce qui s’est passé puisque, 16 ans plus tard, ils ont fini par prendre vie dans les pages du premier tome du Projet Vanility !

Si certains personnages ont évolué au fil des années, changeant parfois de noms, de couleur de cheveux, de Nature (eh oui !), de liens de parenté ou  même d’orientation sexuelle, ceux de Maxine, Lee et Léto sont restés fidèles à cette première rencontre onirique qui m’a hantée jusqu’à ce que je couche cette histoire sur le papier.

Aussi certaine que les traits de Lee étaient ceux d’un métis asiatique, je ne voyais pour Léto que le visage de Jonathan Hyde dont le charisme m’avait saisie dans le Jumanji de mon enfance. Léto n’a jamais pu être quelqu’un d’autre que Hunter Van Pelt, ce chasseur fou lancé à la poursuite d’Alan Parrish – la moustache en moins -, et c’est donc sous les traits de Jonathan que je vous le présente aujourd’hui, aussi fidèle qu’il l’est à son incarnation dans mon esprit.

Extrait du chapitre 11

Lee tournait en rond dans le bureau comme un lion une cage, bouillant intérieurement de ne jamais avoir son mot à dire sur quoi que ce soit. Il s’arrêta un instant devant l’immense fenêtre qui surplombait la ville et regarda son reflet dans la vitre qui se superposait aux lumières scintillantes. Son regard dévia sur le reflet impassible de son grand-père assis derrière lui et sa colère monta encore d’un cran. À quoi bon vivre dans un tel cadre avec un cœur aussi endurci que celui de Léto Prydington ? Pour qui cette ville brillait-elle d’ailleurs ? Léto était-il seulement capable de percevoir la beauté ailleurs que dans ses chiffres et ses contrats ? Lee l’observa sans mot dire, désespéré de devoir dépendre d’un tel homme.
Léto restait imperturbable, comme à son habitude, toujours accaparé par des affaires dont lui seul avait le pouvoir de faire une priorité ou non. Pourtant, il finit par relever la tête de son document et observa de ses yeux noirs le reflet de Lee. Son visage ridé lui donnait un air menaçant, chose qui avait dû lui rendre un fier service pour percer dans le milieu de la finance et administrer une entreprise d’une telle envergure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *